Canada: In response to the new Quebec approach to the criminalisation of HIV non-disclosure, COCQ-SIDA states that reforms must go further

June 27, 2019

New Quebec approach to criminalizing HIV non-disclosure: we must go further

Montréal, June 27, 2019 – The Ministère de la Santé et des Services sociaux, through the Institut national de Santé publique, has published a brief on what seems to indicate a new Quebec approach to criminalizing the non-disclosure of HIV status. This new approach represents a step forward for the rights of people living with HIV in Quebec, which are disproportionately criminalized because of their HIV status. Nevertheless, this new approach has worrying shortcomings and does not offer the same guarantees as a directive to prosecutors such as the one requested by the COCQ-SIDA for several years.

Until very recently, there was no evidence that Quebec deviated from the test set out by the Supreme Court in R. v. Mabior[1], which requires a person living with HIV to disclose his or her HIV status before any sexual relationship involving a “realistic possibility of transmission”. The only sexual intercourse for which the Supreme Court has clearly indicated that there is no “realistic possibility of transmission” of HIV is vaginal penetration when a condom is used and when the person living with HIV has a low or undetectable viral load. This meant that a person living with HIV could be charged and convicted of aggravated sexual assault for not disclosing his or her HIV status, regardless of whether or not there was HIV transmission, whether or not he or she intended to transmit HIV to his or her partner, and even though his or her viral load alone made it impossible to transmit the virus.

Based on this brief, it can be concluded that a person living with HIV is no longer required to disclose his or her HIV status before sexual intercourse if he or she takes antiretroviral therapy as prescribed and that his or her viral load, measured by consecutive laboratory tests every 4 to 6 months, remains below 200 copies per millilitre of blood. This new position is consistent with the scientific consensus that there is no risk of HIV transmission in heterosexual or homosexual couples in which one of the partners is living with HIV and maintains an undetectable viral load. The Coalition is pleased to see that the most up-to-date scientific data will now be able to prevent unjustified prosecutions of people living with HIV, at a time when it is unequivocally stated that “undetectable=intransmissible”.

However, the addition of conditions to achieve a viral load of less than 200 copies, such as treatment and laboratory tests every 4 to 6 months, excludes a significant number of people living with HIV who, without treatment, manage to maintain a viral load of less than 200 copies or who have medical follow-up only every 6 to 12 months. By way of comparison, the federal government, in its directive to prosecutors, states that there should be no prosecutions in this context without conditions.

In addition, the new approach is much less clear about the risks of prosecution for people who, without maintaining a viral load of less than 200 copies, used a condom or only had oral sex. The new approach indicates that in the absence of evidence that could increase the risk of HIV transmission, the risk of transmission in these situations is negligible, even if the person is not taking antiretroviral treatment. In these cases, prosecutions are said to be unlikely, but cannot be excluded. It is specified that the presence of elements likely to increase the risk of transmission (e.g., expired or torn condom, oral or genital lesions) will be assessed on a case-by-case basis by an expert to determine whether there was a “realistic possibility of HIV transmission”. Although it is the only province to require expert advice to determine the presence of factors likely to increase the risk of transmission, Quebec’s position on oral sex is otherwise consistent with the guidelines in British Columbia and the territories. On the issue of condoms, Quebec’s position is also consistent with the federal directive, which states that prosecutions should generally not be brought against a person who has used condoms, unless other risk factors are present.

However, COCQ-SIDA regrets that Quebec has not, like the federal directive, provided that there should generally not be a prosecution for non-disclosure of HIV status in cases where the person living with 

However, COCQ-SIDA regrets that Quebec has not provided, as the federal directive does, that there should generally be no prosecution for non-disclosure of HIV status in cases where the person living with HIV was undergoing treatment, without having reached a viral load of less than 200 copies. In addition, COCQ-SIDA is concerned that, in the new Quebec approach, there is nothing to encourage prosecutors to favour the use of non-sexual offences, contrary to the federal directive adopted last December, and contrary to the recommendations made by the House of Commons Standing Committee on Justice and Human Rights. Thus, Quebeckers living with HIV who remain at risk of being prosecuted can still be charged with aggravated sexual assault and entered on the sex offender registry for life, even when this offence does not reflect the act committed.

COCQ-SIDA would like to highlight the efforts undertaken to improve the response of the Quebec criminal justice system to the criminalization of HIV. It considers that the new approach is a first step towards the abolition of all criminalisations of HIV or other STIs, which must first and foremost be addressed from a public health perspective. COCQ-SIDA will therefore continue to work with its partners and the government to improve Quebec’s approach to HIV criminalization.

In addition, while it welcomes several aspects of the new approach, it remains concerned about many of its facets. At this time, this publication offers no guarantee to people living with HIV that investigators or prosecutors will deal with complaints of non-disclosure of HIV status in the recommended manner, except that it is stated that all justice actors affected by this case have “already been informed of this recent data on the risk of HIV transmission[2]”. COCQ-SIDA regrets the lack of transparency surrounding the implementation of the new approach, and the lack of certainty as to its sustainability and dissemination to police forces and prosecutors in the coming weeks, months and years. It also raises doubts about the accountability of the prosecutor if the new approach is not followed and people living with HIV end up in court incorrectly.

In order for Quebec to effectively end the HIV epidemic in its territory and combat stigma and discrimination against people living with HIV, COCQ-SIDA believes that the Director of Criminal and Penal Prosecutions (DPCP) must put in place a clear and public directive for prosecutors, as Ontario, British Columbia, and the federal government have done in the territories. Only a directive would act as a guarantee and allow people living with HIV to truly know how the criminal law would be likely to apply to their behaviour, especially in a context where the criminalization of non-disclosure stems not from the Criminal Code itself, but from jurisprudential interpretations of it. Despite all our efforts and repeated requests to this effect, no directive to this effect has yet been adopted. COCQ-SIDA has difficulty explaining the DPCP’s reluctance to adopt such a directive for prosecutors, a directive that would ensure that only cases of real and intentional transmission of HIV fall within the scope of criminal law. Quebec must position itself as a leader in the fight against HIV and the discrimination and stigmatization of people living with HIV, and only the adoption of a clear directive preventing the unfair use of criminal law against people living with HIV will allow this.

Nouvelle approche québécoise concernant la criminalisation de la non-divulgation du VIH : il faut aller plus loin

Montréal, le 27 juin 2019 – Le Ministère de la Santé et des Services sociaux, via l’Institut national de Santé publique, a publié une brève sur ce qui semble indiquer une nouvelle approche québécoise en matière de criminalisation de la non-divulgation du statut sérologique. Cette nouvelle approche constitue une avancée pour les droits des personnes vivant avec le VIH au Québec, lesquelles sont disproportionnellement criminalisées en raison de leur statut sérologique. Néanmoins, cette nouvelle approche comporte des lacunes préoccupantes et n’offre pas les mêmes garanties qu’une directive aux procureur·es comme celle demandée par la COCQ-SIDA depuis plusieurs années.

Jusqu’à tout récemment, rien ne démontrait que le Québec s’écartait du critère établi par la Cour suprême dans l’arrêt R. c.Mabior[1], lequel exige qu’une personne vivant avec le VIH divulgue son statut sérologique avant toute relation sexuelle comportant une « possibilité réaliste de transmission ». Le seul rapport sexuel pour lequel la Cour Suprême a clairement indiqué qu’il n’y avait pas de « possibilité réaliste de transmission » du VIH est la pénétration vaginale lorsqu’un condom est utilisé etlorsque la personne vivant avec le VIH a une charge virale faible ou indétectable. Ce qui fait en sorte qu’une personne vivant avec le VIH pouvait être accusée et déclarée coupable d’agression sexuelle grave pour ne pas avoir divulgué son statut sérologique, peu importe qu’il y ait eu transmission du VIH ou non, peu importe qu’elle ait eu l’intention de transmettre le VIH à son partenaire ou non, et alors même que sa charge virale à elle seule rendait impossible toute transmission du virus.

Selon cette brève, il est possible de conclure qu’une personne vivant avec le VIH n’a plus l’obligation de divulguer son statut sérologique avant une relation sexuelle si elle prend un traitement antirétroviral comme prescrit et que sa charge virale, mesurée par des analyses consécutives de laboratoire toutes les 4 à 6 mois, se maintient à moins de 200 copies par millilitre de sang. Cette nouvelle position est cohérente avec le consensus scientifique qui confirme que le risque de transmission du VIH est inexistant au sein de couples hétérosexuels ou homosexuels dont l’un·e des partenaires vit avec le VIH et maintient une charge virale indétectable. La Coalition se réjouit de voir que les données scientifiques les plus à jour pourront désormais éviter les poursuites injustifiées à l’égard des personnes vivant avec le VIH, à une époque où il est sans équivoque que « indétectable=intransmissible ».

Cela dit, l’ajout de conditions à l’atteinte d’une charge virale inférieure à 200 copies telles la prise d’un traitement et les analyses de laboratoire aux 4 à 6 mois, fait en sorte d’exclure un nombre important de personnes vivant avec le VIH qui, sans traitement, parviennent à maintenir une charge virale inférieure à 200 copies ou encore, qui ont des suivis médicaux qu’aux 6 à 12 mois. À titre comparatif, le gouvernement fédéral, dans sa directive aux procureur·es, indique qu’il ne doit pas y avoir de poursuites intentées dans ce contexte sans y ajouter de conditions.

En outre, la nouvelle approche est beaucoup moins claire en ce qui a trait aux risques de poursuites pour les personnes qui, sans avoir maintenu une charge virale inférieure à 200 copies, ont utilisé un condom ou n’ont eu que des relations sexuelles bucco-génitales. La nouvelle approche indique qu’en l’absence d’éléments susceptibles d’augmenter le risque de transmission du VIH, ce risque de transmission, dans ces situations, est négligeable, et ce, même si la personne ne prend pas un traitement antirétroviral. Dans ces cas, les poursuites sont dites improbables, mais ne peuvent être exclues. Il est précisé que la présence d’éléments susceptibles d’augmenter le risque de transmission (ex. : condom périmé ou déchiré, lésions buccales ou génitales) sera évaluée au cas par cas, par un expert, afin de déterminer s’il y avait bel et bien une « possibilité réaliste de transmission du VIH ». Bien qu’elle soit la seule province à exiger un avis d’expert pour déterminer la présence d’éléments susceptibles d’augmenter le risque de transmission, la position québécoise sur le sexe oral est, pour le reste, cohérente avec les directives en vigueur en Colombie-Britannique et dans les territoires. Sur la question du condom, la position québécoise est également cohérente avec la directive fédérale qui mentionne qu’on ne devrait généralement pas intenter de poursuite contre une personne qui a utilisé des condoms, sauf si d’autres facteurs de risque sont présents.

La COCQ-SIDA regrette toutefois que le Québec n’ait pas, à l’instar de la directive fédérale, prévu qu’il ne devrait généralement pas y avoir de poursuite pour non-divulgation de la séropositivité dans les cas où la personne vivant avec le VIH suivait un traitement, sans toutefois avoir atteint une charge virale inférieure à 200 copies. Ajoutons que la COCQ-SIDA est préoccupée par le fait que, dans la nouvelle approche québécoise, rien n’invite les poursuivant·es à privilégier le recours à des infractions d’ordre non sexuel, contrairement à la directive fédérale adoptée en décembre dernier, et contrairement aux recommandations émises par le Comité permanent de la Justice et des droits de la personne de la Chambre des communes. Ainsi les Québécoises et les Québécois vivant avec le VIH qui demeurent à risque d’être poursuivis pourront toujours être accusé.es d’agression sexuelle grave et inscrit·es au registre des délinquant·es sexuel·les à vie et ce, même lorsque cette infraction ne reflète aucunement l’acte commis.

La COCQ-SIDA tient à souligner les efforts entrepris pour améliorer la réponse du système de justice pénale québécois en matière de criminalisation du VIH. Elle considère que la nouvelle approche constitue un premier pas vers l’abolition de toutes criminalisations du VIH ou des autres ITSS, lesquelles doivent d’abord et avant tout être abordées sous l’angle de la santé publique. La COCQ-SIDA continuera donc de travailler avec ses partenaires et avec le gouvernement dans l’amélioration de l’approche québécoise en matière de criminalisation du VIH. 

En outre, bien qu’elle salue plusieurs aspects de la nouvelle approche, elle demeure préoccupée par nombre de ses facettes. Pour l’heure, cette publication n’offre aucune garantie aux personnes vivant avec le VIH que les enquêteur·trices ou les procureur·es traiteront les plaintes en non-divulgation du statut sérologique de la manière recommandée, sinon qu’il est mentionné que l’ensemble des acteur·trices de la justice touché·es par ce dossier ont « déjà été informé[·es] de ces récentes données sur le risque de transmission du VIH[2] ». La COCQ-SIDA regrette l’opacité entourant la mise en œuvre de la nouvelle approche, et le manque de certitude quant à sa pérennité et sa diffusion auprès des forces policières et des procureur·es dans les semaines, mois et années à venir. Cela soulève également des doutes quant à l’imputabilité du ou de la poursuivant·e si la nouvelle approche n’est pas suivie et que des personnes vivant avec le VIH se retrouvent erronément devant les tribunaux.

Pour que le Québec puisse réellement mettre fin à l’épidémie du VIH sur son territoire et combattre la stigmatisation et les discriminations à l’égard des personnes vivant avec le VIH, la COCQ-SIDA considère que la Directrice des poursuites criminelles et pénales (DPCP) doit mettre en place une directive claire et publique à l’attention des procureurs, comme l’ont fait l’Ontario, la Colombie-Britannique, et le gouvernement fédéral dans les territoires. Seule une directive agirait à titre de garantie et permettrait aux personnes vivant avec le VIH de réellement savoir comment le droit criminel serait susceptible de s’appliquer à leurs comportements, surtout dans un contexte où la criminalisation de la non-divulgation découle non pas du Code criminelen soi, mais d’interprétations jurisprudentielles de celui-ci. Malgré tous nos efforts déployés et demandes répétées en ce sens, aucune directive à cet effet n’a encore été adoptée. La COCQ-SIDA s’explique mal la réticence de la DPCP à adopter une telle directive à l’attention des procureur·es ; directive qui s’assurerait que seuls les cas de transmission réelle et intentionnelle du VIH soient du ressort du droit criminel. Le Québec doit se positionner comme leader dans la lutte contre le VIH et contre les discriminations et la stigmatisation des personnes vivant avec le VIH et seule l’adoption d’une directive claire empêchant le recours injuste au droit criminel à l’égard des personnes vivant avec le VIH le permettra.